Skateistan : le skate à Kabul

Est-ce parce qu’elles n’ont pas le droit de monter à vélo que les filles d’Afghanistan se sont emparées de planches à roulettes ? En Afghanistan, la loi n’interdit pas le skateboard pour les filles, et c’est tant mieux ! En 2007, le skateboarder australien Olivier Percovich lançait le projet Skateistan à Kabul en créant la première école de skate dans le pays. L’objectif : apprendre à faire du skateboard aux enfants de tous âges et horizons.

Ambitieux, le projet ne se limite finalement pas au skate, comme l’explique le fondateur : dans nos classes, ils développent leurs compétences en skateboard, mais aussi en multimédia et arts créatifs, par exemple. Les skateuses explorent de nouveaux sujets tels que les enjeux environnementaux mondiaux, la notion de culture et de tradition… Les élèves choisissent eux-même ce qu’ils veulent découvrir et apprendre : nous leur donnons les moyens et les opportunités d’évoluer.

Les filles skateuses d’Afghanistan

À ce jour, l’apprentissage du skate est ouvert à tout le monde : le plus jeune apprenti à 5 ans et 40% environ des membres sont des filles. Alors qu’aujourd’hui encore des femmes afghanes subissent les inégalités d’un système judiciaire trop injuste et corrompu en Afghanistan- passibles d’incarcération pour crime moral -, l’adhésion de toutes ses petites filles au groupe des skateurs de Kabul marque un véritable choc culturel dans la région.

Envie de suivre ce projet culturel ambitieux ? Les responsables de l’école réalisent une multitude de reportages photo et vidéo sur ces afghans skateurs : retrouvez l’essentiel du projet et suivez le quotidien des filles skateuses d’Afghanistan à travers le site internet de Skateistan et sur les réseaux sociaux.

Les skateuses de Kabul

Les skateuses en Afghanistan

Les skateuses afghanes

Photos de filles en skate - Afghanistan

Les filles en skate en Afghanistan

Source : 123Inspiration